Introduction

Cet outil pédagogique Le Mouskit a été conçu pour fournir des supports d’intervention clés en mains sur la thématique de la lutte contre le moustique Aedes albopictus, ou moustique tigre.
Il s’adresse aux enseignants, professeurs des écoles ou des collèges, ainsi qu’aux animateurs des temps d’activités périscolaires ou de centres de loisirs.

Il a pour objectif de sensibiliser les 9/15 ans à la connaissance du moustique tigre, aux maladies vectorielles qu’il est susceptible de transmettre, et de promouvoir l’adoption de gestes simples de prévention.
Originaire d’Asie du sud-est, le moustique Aedes albopictus, ou moustique tigre, est une espèce invasive implantée en France depuis 2004, où il a été détecté pour la première fois à Menton. Il s’est propagé en utilisant les moyens de transport et est présent en 2020 dans 58 départements métropolitains, dont les 6 de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et les 10 de la région Occitanie. En activité de mai à novembre, reconnaissable à ses rayures blanches, à sa petite taille et à l’agressivité de ses femelles, ce moustique urbain vit au contact de l’homme, notre habitat lui fournissant de nombreux gîtes pour abriter ses larves.

Nuisance et risque épidémique

S’il est essentiellement ressenti comme une nuisance par la population, il constitue aussi un enjeu de santé publique car il peut être vecteur de maladies comme la dengue, le chikungunya, le Zika.
Si la situation en métropole n’est pas comparable à celle des territoires d’outre-mer, le risque d’épidémie à partir de cas importés ou autochtones est réel. En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour l’année 2019 (au 29 octobre 2019), 7 cas autochtones de dengue ont été identifiés dans les Alpes-Maritimes et 3 cas autochtones de Zika dans le Var sur la commune de Hyères. C’est la première fois en Europe qu’une transmission vectorielle du Zika par l’Aedes albopictus est identifiée. Ces cas sont liés à une transmission locale à partir des cas importés.

Un plan anti-dissémination du chikungunya, de la dengue et du Zika, est activé par le ministère de la santé chaque année, de mai à novembre, pour lutter contre la prolifération du moustique.
La lutte passe aussi par la sensibilisation de la population à se mobiliser et à adopter des gestes simples de prévention pour se protéger et empêcher la prolifération du moustique, en supprimant les gîtes larvaires (les eaux stagnantes où il pond et se développe).

L’Agence régionale de santé Provence-Alpes-Côte d’Azur a financé cet outil pédagogique, dont il a confié la réalisation au CRES Provence-Alpes-Côte d’Azur, en partenariat avec le centre hospitalier du pays d’Aix et la ville d’Aix-en-Provence, qui intervenaient sur la lutte et la prévention des maladies vectorielles dans les classes de CM2 et de 3ème depuis 2015. Il est labellisé dans le cadre du Plan régional santé environnement 3.

L’outil le Mouskit a également bénéficié de la contribution de l’ARS Occitanie, du Conseil départemental du Var, de la ville de Marseille, de l’EID Méditerranée, du Vectopole Sud, du Graine Occitanie, des académies d’Aix-Marseille, de Nice, de Montpellier et de Toulouse.

* cas autochtone : qui a contracté la maladie sur le territoire français